Pourquoi Elon Musk et sa "red pill" enflamment Internet ?

Récupéré par Trump et dévoyé par la créatrice de Matrix, Elon nage dans le shitstorm.

Le milliardaire est en roue libre comme disent les jeunes (ok boomer). Elon Musk a-t-il été confiné trop longtemps dans une de ses nombreuses villas angelines ? Est-ce la récente naissance de son fils X Æ A-12 qui a court-circuité les réflexions du dirigeant de Tesla ? Ou peut-être que celui qui qualifiait encore récemment les mesures de confinement de "fascistes" montre aujourd’hui son vrai visage ?

Elon Musk a encore mis le feu aux poudres avec un simple tweet. Quatre mots et un émoji : largement suffisants pour l’égocentrique l’excentrique PDG.

Publicité

"Prenez la pilule rouge." À première vue, on pourrait penser que le message n’est qu’un simple clin d’œil au cultissime Matrix, sorti en 1999. Pour rappel dans le film des Wachowski, Morpheus, le chef de file de la résistance humaine, propose au héros Néo le choix entre deux pilules : la bleue qui lui fera oublier qu’il est esclave de la matrice et des machines qui la contrôlent, et la pilule rouge, celle qui lui offre "la vérité, rien de plus" aussi rude soit-elle à apprendre.

Publicité

"Pilule rouge" pour idées noires.

Sauf que voilà, en 21 ans d’existence la notion de pilule rouge a été largement dévoyée notamment grâce à cette formidable invention qu’est Internet. Derrière la notion de "red pill", on retrouve désormais un large lexique créé et utilisé par les communautés (néo-)masculinistes.

Pour les incels, les "men going their own way" (MGTOW), néo-masculinistes et autres opposants du féminisme, "prendre la pilule rouge" c’est avant tout découvrit "la vérité". Grosso modo, cette "vérité" c’est celle d’un monde fantasmé où les femmes ont d’ores et déjà pris le pouvoir (par le féminisme, le progressisme, etc.) et où les hommes sont les nouvelles victimes de l’inégalité de traitement de la société.

Par extension, le terme s’est généralisé plus globalement à des prises de position qui tendent à se rapprocher de l’extrême droite et du conservatisme. La "pilule rouge", selon eux, permet de voir à travers les lignes manipulatrices de cette société du vivre-ensemble que voudraient imposer les "matrixés". Aussi quand Elon Musk parle de prendre la "pilule rouge", cela apparaît évidemment comme un énorme dérapage, tout au mieux un "troll" - cette fameuse méthode qui permet d’exprimer ses crades idéaux politiques sous couvert de "second degré".

Publicité

Soutenu par Trump, désavoué par Wachoswki

Peut-être qu’Elon Musk fustige là le "système" en général, lequel lui a récemment interdit de rouvrir ses usines pour des raisons sanitaires. Toujours est-il que la droite conservatrice, elle, ne s’est pas privée de reprendre les mots du dirigeant de Tesla. La fille du président américain Ivanka Trump cite en effet le tweet en question pour annoncer qu’elle a déjà "pris" cette fameuse pilule.

De son côté, Lilly Wachowski, coréalisatrice (avec sa sœur Lana) de Matrix, a exprimé son mécontentement. Avec une simplicité redoutable, elle explique ne guère apprécier cette énième récupération politique, à l’opposé de ses idéaux. 

Publicité

Outre ce cinglant "Allez tous les deux vous faire foutre", on peut aussi retenir une autre conclusion qui prête à sourire. En effet comme rappelé par ce twittos :

Le concept de "La pilule rouge" a été créé par deux femmes trans dans un film sur des personnes qui adoptent de nouveaux noms tandis qu’elles transcendent leur corps physique et découvrent leurs vraies identités et leur potentiel face à un système hiérarchique oppressif.

Par Pierre Bazin, publié le 18/05/2020