Prosternez-vous devant le site Web le plus mal foutu de tous les temps

Avec User Inyerface, plongez dans le purgatoire de l'interface utilisateur et mesurez l'importance du travail de designer Web.

Un bon site Web, ça tient à peu de chose. Un bouton bien placé, une barre de défilement utile, des publicités discrètes, une interface épurée, bref, un truc qui vous paraît logique dès votre première visite. Dit comme ça, ça peut sembler simple, mais c’est loin d’être le cas : en vérité, notre World Wide Web est parsemé d’interfaces immondes, de pages tout sauf pratiques et de menus de navigation tellement incompréhensibles qu’on se demande qui a bien pu les imaginer et pourquoi.

Pire : au-delà de la faute professionnelle, il existe toute une série de techniques de webdesign faites pour vous perdre dans les dédales de sous-menus et vous aiguiller vers des choix inconscients. On les appelle les dark patterns, et on les trouve partout (mais plus particulièrement sur les sites qui ont besoin de vous faire acheter des choses). Entre les embuscades préméditées et les culs-de-sac logiques, la navigation sur Internet prend parfois des airs de course d’orientation. Mais, comme l’erreur 404 et les glitches de programmation, les interfaces mal foutues font partie du patrimoine numérique inaliénable. Et le Web sait rendre hommage à lui-même.

Publicité

"Une interface qui n’a pas envie de vous faire plaisir"

Publicité

Bienvenue sur User Inyerface, le site le plus mal conçu de l’histoire du Web. En fait, il a été délibérément mal construit par l’agence de design Bagaar – à tel point que ça en devient hilarant. "Que se passe-t-il lorsque l’on mélange toutes les bonnes pratiques entre elles ? Qu’arrive-t-il lorsque l’on cesse de respecter toutes les règles que l’on s’applique et qu’on fait tout dans le mauvais sens ? […] Nous avons créé une interface simple qui n’est pas votre amie. Une interface qui n’a pas envie de vous faire plaisir. Une interface qui n’a pas de règles et ne donne pas d’indices", écrit Bagaar sur son blog. Autrement dit, un chef-d’œuvre d’absurde.

Allez-y, si vous l’osez, et essayez de vous frayer un chemin à travers l’inextricable buisson de faux liens, de boutons qui ne mènent nulle part et de barres de défilement montées à l’envers, le tout en moins de 10 minutes. De Charybde en CAPTCHA, plongez toujours plus profond dans l’illogique et le mal foutu. Émerveillez-vous devant des codes couleurs inversés. Perdez la raison face à la réduction d’une fenêtre pop-up pixel par pixel. Ayez le tournis face à de gros boutons sans aucun lien URL. Restez perplexe face à un menu tellement énigmatique que vous n’en voyez pas la sortie. Revenez enfin au monde des vivants, le cerveau en miettes, et remerciez silencieusement tous les bons designers qui vous ont habitué à ce que les choses fonctionnent, sans même avoir à vous poser la question.

User Inyerface, répéré début juillet sur Hacker News et décrit le 7 par Ars Technica, est loin d’être le premier projet à célébrer magistralement les maladresses des concepteurs du Web. En 2017, la communauté Reddit des développeurs s’était déjà mis en tête de concevoir le pire bouton de volume des Internets, avec un sadisme sans limites. L’année précédente, la communauté s’attaquait aux formulaires permettant d’inscrire un numéro de téléphone : le résultat était tout aussi infâme.

Par Thibault Prévost, publié le 11/07/2019

Copié

Pour vous :