NASA/JPL

Le robot Curiosity a découvert des traces d'une oasis d'eau salée sur Mars

En explorateur solitaire, façon Frodon Sacquet, le rover Curiosity arpente les chemins tortueux de l'immense Aeolis Mons.

Depuis 2012, le robot Curiosity, développé par la Nasa, se promène à l’intérieur du cratère de Gale. Sa mission ? Sonder son environnement, analyser la composition du sol et réaliser des relevés scientifiques. Le petit pépère métallique de l’agence spatiale américaine explore sans relâche ce cratère de près de 150 km de diamètre et la gigantesque montagne qui se trouve en son centre, Aeolis Mons. On se croirait dans un film de Peter Jackson.

Sa dernière découverte en date vient d’être révélée, ce lundi, par un panel de scientifiques dans la revue spécialisée Nature Geoscience. Selon les données recueillies par Curiosity, le cratère de Gale aurait non seulement abrité une oasis, mais celui-ci aurait contenu du sel. On ne parle pas ici de sel de table (NaCl) et personne n’a (probablement) trempé de radis dans les lacs du cratère de Gale. Il s’agit en réalité de substances composées d’ions et neutres. Des sels minéraux mixés avec des sédiments, en un mot.

Publicité

Publicité

Gale, le témoin de l’évolution de Mars

Comment et pourquoi cela est-ce possible ? La Nasa n’a pas choisi d’envoyer son premier rover sur Mars à cet endroit précis au hasard. "Nous sommes allés au cratère de Gale parce qu’il témoigne de façon unique de l’évolution de Mars", explique William Rapin de la California Institute of Technology, dans un communiqué.

Les nouvelles données recueillies par Curiosity permettent, selon les scientifiques, de constater que le climat martien aride s’est installé sur la planète il y a 3,5 milliards d’années. Cette période fut "un moment crucial de l’histoire de Mars", selon l’étude. "Nous savons que durant cette période l’environnement de Mars était en train de changer radicalement. Son atmosphère était activement érodée par le vent solaire", affirme également le chercheur à l’AFP.

Dans son communiqué, la Nasa dresse un peu mieux le portrait de cette évolution : "Imaginez des étangs parsemant le fond du cratère du cratère de Gal, l’ancien bassin de 150 kilomètres de large que Curiosity explore. Des ruisseaux ont pu lacérer ses parois, courant vers sa base. Regardez l’histoire en accéléré et vous verrez ces cours d’eau déborder puis s’assécher […]."

La prochaine étape sera de savoir combien de temps cette transition a pris et comment elle s’est déroulée. Pour arriver à répondre à une question : comment et combien de temps la vie microbienne a-t-elle pu exister sur Mars ?

Par Benjamin Bruel, publié le 08/10/2019

Copié

Pour vous :