AccueilTurfu

Tech for Good : 5 start-up méconnues, écoresponsables et solidaires

Publié le

par Lisa Drian

(c) French Tech

Elles gagnent à être connues et proposent des concepts plus verts, solidaires et responsables.

La transition écologique passe aussi par la tech, surtout en cette période de crise sanitaire où tout tourne au ralenti.

Dans ce cadre, certains réseaux d’entrepreneurs, comme "Tech for Good", veulent faire avancer les choses, en proposant des solutions pour porter la transition écologique ou développer des initiatives sociales. Le collectif #noussommesdemain, qui regroupe une partie du gratin de la French Tech, s’est réuni pour ses universités d’été les 27 et 28 août. Le but du collectif ? Intégrer des mesures de transition à la fois environnementales et sociales au plan de relance du gouvernement.

Beaucoup de start-up se calquent aujourd’hui sur ce modèle pour proposer des initiatives plus vertes, à l’écoute de notre environnement. Voici celles qui ont retenu notre attention.

#1 The Sorority

Cette appli française destinée uniquement aux femmes, lancée début septembre – nous en avions déjà parlé –, permet aux utilisatrices de s’entraider en cas de harcèlement, agression ou violences. Elle comprend deux volets et est très simple d’utilisation.

Un premier volet à visée pédagogique explique le harcèlement de rue et permet de reconnaître le sexisme. Le second ne se donne qu’une mission : l’entraide. Un signal sonore en cas d’agression ou de comportement déplacé permet d’avertir les autres utilisatrices qui se trouvent à proximité. Priscillia Routier Trillard, à l’initiative du projet, ne compte pas s’arrêter là : l’application pourrait bien s’implanter à travers le monde, comme en Belgique, en Suisse, au Canada ou encore au Maroc.

© The Sorority

#2 Pandobac

Cette start-up est destinée aux restaurateurs, grossistes et autres producteurs qui souhaitent passer au zéro déchet. Pandobac met à leur disposition un système de location de bacs réutilisables. Avec ces locations, fini les déchets liés aux emballages des produits frais transportés dans toutes sortes de caisses, qu’elles soient en carton, en plastique, en bois ou encore en polystyrène. On estime que près de 300 000 de ces caisses sont jetées chaque jour en région parisienne, explique le site.

Pour obtenir ces caisses, dont la taille varie, rien de plus simple : il suffit de prendre un abonnement mensuel facturé entre 2 et 5 euros par bac. À cela, il faut ajouter 30 centimes d’euros par bac lavé. Un prix qui peut sembler excessif, mais il faut savoir que cette location permet de réaliser une économie de 30 % par rapport à l’achat de caisses jetables.

Alors producteurs ou restaurateurs, n’attendez plus pour vous lancer dans les livraisons zéro déchet !

© Pandobac

#3 Cy-clope

Comme son nom l’indique, cette start-up s’est lancée dans la gestion des mégots et accompagne tant les structures publiques que privées, comme des bureaux, des hôpitaux ou des parcs d’attractions. Des cendriers urbains sont éparpillés dans les lieux publics et une fois encore, un abonnement mensuel est à disposition pour profiter de ces services.

Le petit plus de ces cendriers, c’est qu’ils sont conçus en acier recyclé et recyclable. Les "cy-clopeurs" ont des designs différents, sont personnalisables et s’adaptent à tous les environnements. Les équipes de cette start-up vident régulièrement ces cendriers et récupèrent les mégots pour ensuite les valoriser. Autrement dit, le recyclage est la force de Cy-clope. Les mégots sont transformés en poudre dans un centre de recyclage partenaire, puis servent, par exemple, à alimenter en énergie des fours de la filière cimentière.

© Cy-clope

#4 Ekylibre

L’agriculture durable est désormais connectée. Ekylibre a été créée pour faciliter la vie des agriculteur·rices. Ce logiciel tout-en-un créé par des Bordelais permet aux agriculteurs de mieux gérer leur production. Toutes les données des exploitations sont centralisées en un seul et même endroit. Plus besoin d’un logiciel pour gérer uniquement la traçabilité, un autre pour les stocks et le bon vieux tableau Excel pour tout recouper. Le logiciel permet également une protection de toutes les données, qu’elles soient financières ou de traçabilité.

Ce logiciel a 4 mots d’ordre : transparence, durabilité, partage et pragmatisme.

© Ekylibre

#5 Canibal

Cette start-up dévore les déchets, mais pas n’importe lesquels : tous ceux liés aux boissons, notamment les canettes. La machine mise au point par l’équipe de Canibal est la seule à pouvoir reconnaître, trier et compacter ce type de déchets. Cette machine s’attaque aussi à un ennemi de taille : le gobelet en plastique, qui est presque systématiquement évacué des systèmes de recyclage.

Ces poubelles trient les gobelets, les canettes ou encore les bouteilles en plastique. Une fois recyclés, les gobelets sont réduits en granulés noirs qui seront transformés en toute sorte d’objets réalisés à partir d’imprimantes 3D. Cette poubelle intelligente ne fait qu’une bouchée de ces déchets difficiles à éliminer.

© Canibal

À voir aussi sur techno :